Au carrefour du monde des archives et de la recherche historique sur les relations franco-algériennes (3/3)

Entretien avec Éric Lechevallier

Propos recueillis et mis en forme par Maxime FURIC, Anissa HERZALLAH et Domitille MARIS, étudiants en Master 2 – Histoire à Nantes Université.

Concilier recherche historique sur le Maghreb contemporain et métier d’archiviste

Vous êtes doctorant à Nantes Université, votre sujet de thèse porte sur la diplomatie française face aux ambitions étrangères en Algérie entre 1962 et 1974. Pourquoi ce sujet, et quels sont ses enjeux ?

Ce sujet fait suite à un mémoire de Master 2 que j’ai soutenu il y a quelques années lors d’une première reprise d’études. C’est en travaillant ici que l’idée m’est venue. Je dis souvent aux étudiants qui fréquentent les Archives que nous sommes assis sur une mine d’or : cela m’a donné l’envie de l’exploiter.

Pourquoi ce sujet ? J’ai depuis longtemps un grand intérêt pour l’histoire des décolonisations et notamment pour la guerre d’Algérie. Les archives de l’ambassade de France en Algérie, à partir de 1962, sont l’un des fonds les plus impressionnants du CADN ; très peu de de travaux ont été réalisés sur la période post-coloniale. Mon approche s’inscrit dans la ligne de l’école française de l’histoire des relations internationales, tout en essayant de faire une part au mouvement de l’histoire globale et de sortir des approches strictement bilatérales.

J’essaie de comprendre comment un nouveau champ d’intervention diplomatique est investi par la France, dans un pays que celle-ci vient de quitter après plusieurs années de guerre. Ce contexte a créé une distance qui est bien plus importante entre Alger et Paris que dans la majorité des pays décolonisés à la même époque. De plus, les intérêts français en Algérie se confrontent à ceux d’autres puissances, également actives en Algérie : les pays du bloc de l’Est – les Soviétiques sont très présents en Algérie –, les Occidentaux – qui ne se comportent pas toujours comme des alliés de la France – et les membres du mouvement des non-alignés, et des mouvements panafricain et panarabe, dont l’Algérie devient vite un des meneurs. Vis-à-vis de tous ces groupes d’États, la France peut être un partenaire, un concurrent ou se contenter d’une situation de cohabitation. C’est une galaxie d’interactions assez complexes, que j’essaye de mettre au jour.

Sur quels types de documents travaillez-vous spécifiquement ? Quels services d’archives fréquentez-vous en dehors du CADN pour la réalisation de cette thèse ?

Le CADN est forcément mon premier lieu de recherche, mais il faut toujours confronter et recouper les sources. En France, j’ai recours aux archives de l’administration centrale du ministère des Affaires étrangères, aux archives de la Présidence de la République (aux Archives nationales), aux fonds du Service historique de la Défense, du fait d’enjeux militaires spécifiques (avec la base navale de Mers el-Kébir). J’essaye aussi d’utiliser des sources étrangères : sources états-uniennes, archives de l’OTAN et des Communautés européennes (CECA, CEE, CEEA). Du côté des pays du Sud, la recherche est plus difficile : peu de sources sont accessibles, à commencer par les archives algériennes elles-mêmes. Les archives de l’ex-URSS ne sont pas accessibles en raison du contexte actuel, mais j’aimerais me rendre dans certains anciens pays membres du Comecon pour recueillir quelques-uns de leurs points de vue.

Tous les documents utilisés lors de vos recherches sont-ils communicables au public ?

En France, le délai de communication des documents que je consulte est de 50 ans au maximum. Mais la situation est différente dans d’autres pays, comme la Russie ou l’Algérie, où l’accès aux archives concernant la période que j’étudie est restreint ou impossible. Puis il y a des pays où les pratiques sont différentes : dans les pays anglo-saxons ou dans les organisations internationales qui ont adopté leur organisation – comme l’OTAN – la communicabilité est décidée au cas par cas, document par document. Dans le cas des pays du Sud, on est souvent obligé de biaiser et d’utiliser des sources extérieures, en partant parfois de ce qu’écrivent et recueillent les diplomates des pays du Nord, avec le risque d’un point de vue partiel et partial.

En quoi les relations diplomatiques actuelles ou récentes entre la France et l’Algérie peuvent-elles influencer votre travail ?

En soi l’impact n’est pas très concret puisque mon travail de chercheur n’est pas un travail politique ou de commande. Aujourd’hui, les dirigeants et les médias français et algériens s’intéressent surtout aux questions mémorielles, autour de la colonisation et de la guerre d’indépendance algérienne. J’ai tendance à penser que, durant la période que j’étudie, les questions mémorielles n’étaient pas la préoccupation centrale des dirigeants algériens. Les Algériens avaient pour objectif de vendre leur pétrole, de développer leur industrie ou encore de développer l’éducation. Les Français voulaient garder une influence culturelle, économique et dans une certaine mesure militaire dans la région, et éviter que l’Algérie ne bascule dans le camp soviétique. Algériens et Français se sont certes battus, mais la génération de l’indépendance veut tourner la page et regarder vers l’avenir.

Le fait de travailler sur cette période plus ancienne permet sans doute de prendre du recul sur les polémiques actuelles.

Comment arrivez-vous à concilier votre profession avec la recherche historique et en quoi ce travail de recherche nourrit-il aussi votre mission d’archiviste ?

C’est de fait assez complexe, car on est frustré des deux côtés. Le temps passé à la recherche est autant de temps en moins pour mes projets immédiats en tant qu’archiviste ! Heureusement, les deux missions s’appuient l’une et l’autre. Le fait de travailler depuis longtemps aux Archives m’a permis de me familiariser avec les fonds et de pouvoir y naviguer avec facilité. Ce travail me permet aussi d’être en contacts avec les chercheurs, d’être intégré dans les réseaux de la recherche et d’être au courant de l’actualité historiographique. Mon activité professionnelle bénéficie aussi de mes recherches doctorales : pour le chargé de relations avec les universités, avoir un pied dans le monde de la recherche facilite les choses. Au-delà de la frustration, ce partage est tout de même très bénéfique !

Au carrefour du monde des archives et de la recherche historique sur les relations franco-algériennes (2/3)

Entretien avec Éric Lechevallier

Propos recueillis et mis en forme par Maxime FURIC, Anissa HERZALLAH et Domitille MARIS, étudiants en Master 2 – Histoire à Nantes Université, mars-avril 2024

Un archiviste aux missions spécifiques : l’organisation du pôle « publics » et de la médiation au CADN

Est-ce que vous pourriez nous expliquer un peu plus en détail comment est organisé le pôle « publics » au CADN, et quelles en sont les principales missions ?

Nous sommes un petit pôle de quatre agents, chacun est donc polyvalent. Le noyau dur est évidemment la salle de lecture puisque c’est la vocation même du service. Les contacts avec les chercheurs, en amont de leur visite aux archives, sont nombreux. Se pose généralement la question du droit d’accès aux archives, avec les délais de communicabilité. Nous recevons de nombreuses demandes concernant des archives très contemporaines, qui ne sont pas toujours librement accessibles. Les questions juridiques sont donc un des aspects importants de notre activité. Nous avons également une bibliothèque qui contient des ouvrages historiques et universitaires, ainsi qu’un fonds patrimonial.

Nous proposons également au grand public des cycles de conférences, des expositions et des publications. Ces actions sont souvent menées en partenariat avec des acteurs culturels et universitaires à l’échelle locale, nationale ou internationale (notre service est une antenne des Archives diplomatiques de La Courneuve). C’est notamment le cas de notre programmation commune avec Nantes Université et le Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA), avec qui nous organisons régulièrement des colloques et des journées d’études. Nous participons également à la formation des étudiants, notamment en accueillant des séances de travaux dirigés d’initiation à la recherche. Enfin, notre service éducatif accueille des élèves de l’enseignement secondaire. Comme dans tout site patrimonial, les élèves visitent le service, découvrent des documents originaux et travaillent à partir de corpus de documents en lien avec une thématique de leur programme d’histoire.

Est-ce qu’il vous arrive d’effectuer des missions annexes à votre pôle de référence ?

Comme d’autres collègues des Archives diplomatiques, je peux être amené à intervenir dans les ambassades ou dans les consulats, pour expertiser des documents et former le personnel à la gestion des archives. Certaines missions ont aussi pour objet d’organiser le rapatriement d’archives anciennes ou à protéger, souvent à l’occasion de travaux ou d’une réorganisation. On peut être sollicité lorsque le président de la République ou le ministre des Affaires étrangères reçoit un hôte de marque. On nous demande de proposer des documents qui puissent être présentés au cours d’une visite ou reproduits en fac-similé pour être offerts en cadeau.

Pour en revenir aux élèves du secondaire, vous avez évoqué qu’il s’agit d’un public à capter. Comment faites-vous pour valoriser vos archives auprès d’eux, voire auprès d’un public plus large ?

Pour attirer ce public, il faut d’abord se faire connaitre des enseignants, puisque ce sont eux qui prennent l’initiative d’organiser une visite aux archives. Nous développons des outils pédagogiques adaptés aux niveaux et aux programmes scolaires, avec une équipe d’enseignants partenaires. Durant les visites, il faut essayer de capter l’attention des élèves, dès le commencement. J’essaie souvent d’amorcer un échange en présentant aux élèves des documents auxquels ils puissent s’identifier, qui ne soient pas trop abstraits. Les visites démarrent fréquemment avec des registres d’immatriculation, des dossiers nominatifs de Français de l’étranger ou de ressortissants des colonies françaises qui permettent de retracer des parcours individuels. C’est l’occasion de leur dire qu’il y a peut-être mention d’un des membres de leur famille dans ces documents. Il s’agit aussi, tout simplement, de faire découvrir concrètement ce que sont les archives papier, à des élèves qui vivent à l’heure du « 100% numérique ».

Au carrefour du monde des archives et de la recherche historique sur les relations franco-algériennes (1/3)

Entretien avec Éric Lechevallier

Propos recueillis et mis en forme par Maxime FURIC, Anissa HERZALLAH et Domitille MARIS, étudiants en Master 2 – Histoire à Nantes Université, mars-avril 2024

Partie 1/3 : Être archiviste : une mission citoyenne donnant accès aux sources historiques

Tout d’abord, pourriez-vous nous définir, avec vos propres termes, ce qu’est un archiviste ? Et en quoi il se distingue de l’historien ?

L’archiviste est chargé de collecter, de conserver et de communiquer au public les documents d’archives, alors que l’historien, lui, va exploiter certains documents d’archives parmi d’autres sources historiques. Les archivistes, pour une grande partie d’entre eux, ont une formation en histoire, parce qu’on ne peut pas travailler sérieusement sur des documents historiques sans avoir des connaissances historiques. Lors de leur création, les services d’archives ont été pour une large part mis en place pour répondre aux besoins de la recherche historique, mais la recherche n’est bien sûr pas le seul horizon d’un service d’archives. Il y a donc une connexion entre les deux métiers, à différents niveaux de la chaîne.

Selon vous, quel rôle jouent les archives dans notre société ?

Le rôle que jouent les archives dans la société est crucial puisqu’elles permettent aux citoyens d’exercer les droits constitutionnels d’accéder aux documents administratifs et aux archives. Ces deux droits ont été reconnus comme découlant de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen par le Conseil constitutionnel il y a quelques années. C’est le droit de chaque citoyen à demander compte à l’administration de son action, c’est une notion de transparence administrative[1]. Cela participe nécessairement du travail des historiens qui observent, étudient et jugent aussi la société. Mais ce droit va bien au-delà, puisque les médias, les associations, les groupes d’intérêt et finalement le simple citoyen peuvent faire usage de ce droit. En ce sens, la vocation des archives, c’est d’abord de répondre aux demandes du public.


[1] Selon l’article 15 de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, « la Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration ».

Quelle a été la formation que vous avez suivie pour devenir archiviste ? Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce métier ?

J’ai une formation d’historien, j’ai été formé à Caen et à Angers. J’ai obtenu une maîtrise d’histoire en 2000, précédée d’une licence d’histoire, spécialité archives, un diplôme qui existait avant le passage au système LMD. De nos jours, le contenu des formations a évolué, elles sont souvent plus techniques, ce qui est nécessaire, et un peu moins historiennes, ce qui est à mon avis dommage.

Pourquoi avoir choisi d’être archiviste ? Jusqu’aux années 1980, l’École des Chartes était pratiquement le seul lieu de formation professionnelle qui existait pour les archivistes. Aux côtés des « chartistes », bien d’autres personnes exerçaient dans les services d’archives, mais ils se formaient pour l’essentiel « sur le tas ». À partir des années 1980 et surtout des années 1990, les universités ont commencé à mettre en place des formations pour répondre à un besoin de personnels qualifiés, dans ce qu’on appelait à l’époque l’encadrement intermédiaire. Les effectifs des services d’archives ont beaucoup augmenté dans les années 1980-1990 : c’est l’époque de la décentralisation, des moyens importants sont alors mis en œuvre par les communes et par les départements pour développer leurs services d’archives. Parallèlement, les services se sont ouverts à un public beaucoup plus large, alors que, voici un siècle, ils n’étaient fréquentés que par un petit nombre de chercheurs et d’étudiants.

Pourriez-vous nous décrire votre parcours professionnel ?

J’ai travaillé pendant de très longues années dans les services territoriaux, essentiellement des services d’archives départementales, tout d’abord comme chargé du classement d’un fonds d’archives d’entreprise. Pendant la première partie de ma carrière, je n’ai pas travaillé sur des fonds ou des périodes qui correspondaient à mon sujet de recherche en maîtrise d’histoire ou à mes centres d’intérêt personnels. Ce n’est d’ailleurs pas un problème en soin : tout l’intérêt du métier d’archiviste est de pouvoir toucher à tout : toutes les périodes, toutes les zones géographiques, toutes les thématiques. Un de mes premiers travaux de classement d’archives portait sur une fabrique d’accordéons. Cela peut paraitre cocasse, mais il y a dans des documents de ce type de la matière pour une histoire sociale, économique et culturelle. J’ai ensuite travaillé pendant une douzaine d’années sur la collecte et la gestion des archives contemporaines, essentiellement celles des services de l’État depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu’à nos jours, ce qui était absolument passionnant. Enfin, je suis depuis 2015 responsable du pôle « publics » du Centre des Archives diplomatiques de Nantes. À ce titre j’ai la responsabilité de la salle de lecture, des relations avec les universités, et également avec le grand public et les scolaires, soit une part assez importante de l’activité du CADN.

Zaatcha, 1849

Des images qui resurgissent…

Un texte en appelle un autre… Rappeler l’épisode de la restitution à l’Algérie d’ossements parmi lesquels le crâne de Bû Ziyân, figure de la résistance de l’oasis de Zaatcha, conduit à revenir sur les traces de l’oasis anéantie et abandonnée, comme pour effacer le souvenir de l’insurrection et du siège… Nicolas Schaub a récemment rappelé que des images de l’épisode ont été conservées1 et publié ce dessin à la plume conservé dans les archives militaires. Dans quel état d’esprit le lieutenant du 4e de ligne qui l’a signé l’a-t-il réalisé ? A-t-il voulu témoigner de l’horreur ressentie ? Livrer une image-trophée comme pourrait le confirmer le sceau impérial du ministère de la Guerre qui s’y est imprimé quelques temps plus tard, une fois la République abolie ? Ou exprimer une forme de compassion ?

L. d’Autecourt, lieutenant au 4e de ligne, Prise de Zaatcha (26 novembre 1849). La tête du Caïd Bou-zian et celle de son fils, dessin à la plume et encre de chine sur un papier préparé teinté gris, SHD/GR, 7 M C 797

  1. Nicolas Schaub, “Récits, images et mémoires d’une violence coloniale. Le siège de Zaatcha (1849)”, Tierce, Carnets de recherches interdisciplinaires en histoire, histoire de l’art et musicologie, 2020-4, publiés par l’Université de Poitiers []

La restitution par la France de restes humains à l’Algérie

Ses échos dans quelques titres de la presse écrite (La Croix, El Watan, Marianne) publiés en juillet 2020

À l’origine de ce texte, un exercice proposé à des étudiants du master Recherche de Nantes Université pour développer une réflexion sur la pluralité des sources et sur les modalités de traitement d’un « événement » par la presse, en fonction des différents médias.

Le 3 juillet 2020, la France restitue à l’Algérie les restes mortuaires de vingt-quatre combattants algériens tués entre 1838 et 1865, dans les premières décennies de l’occupation française. Cet acte pose la question du lien entre histoire et mémoire et illustre l’évolution des rapports entre l’Algérie et la France avec une volonté relativement récente d’ouvrir un dialogue entre les mémoires, de les réconcilier. Cet effort politique passe inéluctablement par le recours à l’histoire et à la mémoire : en témoignent les interventions d’Emmanuel Macron sur l’Algérie depuis le début de son mandat, sa réception du rapport Stora le 20 janvier 2021, ou encore ses différents séjours en Algérie et plus récemment celui de ses ministres.

Ce n’est qu’en 2011 que l’existence de ces crânes fut rendue publique grâce au travail du chercheur Ali Farid Belkadi sur les collections du Musée d’histoire naturelle de Paris. En 2016 le quotidien Le Monde diffusait une pétition intitulée « Les crânes de résistants algériens n’ont rien à faire au Musée de l’homme », avec parmi les signataires des historiens connus pour leurs travaux sur la colonisation comme Benjamin Stora, Pascal Blanchard ou Malika Rahal. En 2017, lors de son séjour en Algérie, Emmanuel Macron s’est déclaré prêt à les restituer à l’Algérie. Comment l’acte réalisé en 2020 a été perçu dans la presse ? On peut en avoir un aperçu en confrontant son traitement par trois titres : deux quotidiens (La Croix, quotidien français catholique et progressiste1 ; Al Watan [« La Patrie »], quotidien généraliste algérien2) et un hebdomadaire (le magazine d’actualité français Marianne, dont la ligne éditorialiste se réclame d’un universalisme républicain situé à gauche3) .

Quels points de vue expriment ces différents médias ? Une analyse des titres des articles apporte de premiers indices. Le mot « crânes », principal objet de l’évènement, est unanimement retenu. Mais alors que La Croix et Marianne ne les qualifient pas, ce sont pour El Watan des crânes de « résistants », un mot chargé d’une charge positive : leur mort a été honorable. L’article évoque que l’événement a suscité une « forte émotion », celle des Algériens. Par ailleurs, alors que La Croix et Al Watan utilisent « restitution », Marianne préfère « retour ». Le titre choisi par Marianne laisse supposer une position critique face à la décision de restitution, avec l’usage de « syndrome » qui conduit à penser que la relation entre les Algériens et l’histoire serait toxique.

L’événement est introduit et contextualisé de différentes façons. Le documentaire sur Baba Merzoug donne des indications sur plusieurs des crânes dont celui du cheikh Bouziane, en précisant qu’il dirigea en 1849 la révolte de l’oasis de Zaatcha, fut capturé, fusillé sur ordre du général Herbillon et que sa tête fut exposée sur une pique à Biskra. Le propos est illustré par des images produites au XIXe siècle. Le documentaire aborde aussi l’origine de la restitution de ces crânes en évoquant l’archéologue Ali Farid Belkadi. La démarche se veut instructive et s’inscrit dans le cadre d’une histoire publique : on fait une large part à l’histoire de ces crânes, leur restitution en tant que telle prenant moins de place que dans les articles de presse, même si le documentaire insère des images filmées lors du déroulement de la cérémonie.

L’article de La Croix ne s’attarde pas vraiment sur l’identité de ces crânes. Après avoir mentionné le travail d’Ali-Farid Belkadi, il cite l’historien Augustin Jomier pour rappeler quelle fut leur utilisation, sans cependant mentionner leur fonction de « trophée de guerre » pour l’armée française : « Les dépouilles des combattants algériens avaient été rapportées en France, où elles avaient servi à mener des études d’anthropologie physique. Cette discipline, en plein essor dans la deuxième moitié du XIXe siècle, visait à classifier l’espèce humaine sur la base du concept de race ». L’article évoque tout le cheminement nécessaire avant la restitution « attendue » de ces crânes. Il est le seul à rappeler que le contexte tendu de l’actualité (mort de Georges Floyd, mouvement « Black Lives Matter ») a conduit à un « questionnement des mémoires coloniales ». Il évoque aussi le 58e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, comme le fait l’article d’El Watan avant de parler d’« évènement historique ».

Dans El Watan, on ne trouve rien sur l’histoire, l’identité de ces crânes, ni même sur le contexte qui a permis que se produise cette restitution. L’article est centré avant tout sur la façon dont on en a parlé sur les réseaux sociaux. L’auteur de l’article publié dans Marianne, Tawfiq Belfadel, fait aussi une place importante au traitement de la restitution par les médias mais s’en saisit surtout pour critiquer la politique menée par le gouvernement algérien. On le devine dès l’introduction par l’usage de l’ironie et de l’exclamation : « C’est un événement crucial pour l’Algérie et son peuple ; un fait qui rappelle les atrocités de la colonisation et qui offre aux martyrs un repos douillet sous la terre qu’ils ont valeureusement défendue. Paix et gloire à leurs âmes ! ». L’auteur affirme qu’il n’est pas dupe d’un évènement qui a pour lui une dimension propagandiste (« Voyons au-delà des images qui nous semblent innocentes ! ») : il s’agit d’exalter la nation. Il attribue le mérite du retour des crânes aux chercheurs Ali Farid Belkadi et Brahim Senouci qui « luttent depuis des années pour la restitution des restes mortuaires » face à un gouvernement algérien resté longtemps silencieux et inactif.

La restitution de ces crânes aurait suscité de nombreuses expressions d’émotion selon l’article d’El Watan qui cite des commentaires laissés par des Algériens sur les réseaux sociaux. Ces derniers ne sont certainement pas choisis au hasard et résonnent avec ce que dénonçait ironiquement l’auteur de l’article publié dans Marianne. Ainsi, dans le premier commentaire cité, une femme dit n’avoir pas pu retenir ses larmes lors de la cérémonie. Ce qui est intéressant c’est, qu’après les larmes, on voit ressurgir crescendo dans les commentaires une certaine rancœur vis-à-vis d’un passé cruel, une colère, voire une certaine incompréhension. Il y a parfois une confusion entre passé et présent comme si les colons d’hier et les Français d’aujourd’hui étaient les mêmes. Ces réactions s’expriment avec des mots récurrents : « sordide », « barbare ». Elles ont pour point commun d’exprimer une insatisfaction face à une action menée trop tardivement, comme si cette restitution, au lieu de réconcilier les mémoires, ravivait, au contraire, les tensions (le fait que tous les crânes n’aient pas été restitués pouvant entraîner une certaine frustration). Le dernier commentaire cité dit même le côté « rabaissant » de l’évènement pour le peuple algérien dont l’inactivité serait une « honte ». En se terminant par « la France détient encore d’autres ossements et des archives algériennes », l’article donne l’impression que l’Algérie attend plus d’efforts du côté français et que le travail de réconciliation des mémoires reste largement à poursuivre. L’article de La Croix rappelle que « les autorités algériennes souhaitent aussi remettre sur la table le dossier des ‘disparus’ de la guerre d’indépendance (1954-1962) ainsi que celui des essais nucléaires français dans le Sahara algérien dont les conséquences se feraient toujours ressentir », ce qui pourrait avoir nourri cette insatisfaction.

Chacune de ces sources exprime plus ou moins explicitement un avis sur les enjeux politiques que représente la restitution de ces crânes pour les gouvernement français et algérien. Historiens et journalistes sont naturellement amenés à évoquer la symbolique de cette action. Dans le documentaire de la série « Faire l’Histoire », l’historienne Gillian Weiss, après avoir noté que seuls « deux laconiques ‘Arabes de la plaine d’Oran’ étaient mentionnés sur le catalogue du Muséum, considère que « c’est cette déshumanisation qu’espérait laver la restitution de vingt-quatre de ces crânes en juillet 2020 ». La restitution est présentée comme un acte destiné à être réparateur.

L’aspect symbolique de la restitution est aussi évoqué dans l’article de La Croix qui relaye une déclaration de la présidence de la République française : « ce geste s’inscrit dans une démarche d’amitié et de lucidité sur toutes les blessures de notre histoire ». L’article valorise les efforts d’Emmanuel Macron menés dès le début de son mandat pour reconnaître l’histoire coloniale de la France. Ils marqueraient « une rupture par rapport à ses prédécesseurs »4.

L’article d’El Watan, au contraire, exprime une certaine rancœur vis-à-vis du gouvernement français : la cérémonie donne l’occasion d’exalter la nation algérienne. C’est d’ailleurs ce que dénonce Tawfiq Belfadel dans Marianne, puisqu’il y voit une instrumentalisation par le pouvoir algérien du rapatriement de ces restes mortuaires mis en scène comme une victoire, ce qui refléterait selon lui : une « sacralisation du passé au détriment de l’action dans le présent ». Son opinion est franchement exprimée : « cette cérémonie permet au pouvoir en situation sensible à cause du Hirak, de gagner des points positifs et la confiance du peuple : tant d’Algériens le saluent pour cette victoire historique sur la France… ». Ainsi le pouvoir politique en place, afin de perdurer le plus longtemps possible, ferait tout pour maintenir le peuple dans le passé en l’empêchant d’avoir un regard sur les problèmes actuels ou de se projeter dans le futur. L’accent est ici mis sur l’aspect corrupteur de ce pouvoir, bien que, depuis le printemps 2019, celui-ci ne soit plus incarné par Abdelaziz Bouteflika. Cette critique est à replacer dans le contexte du Hirak que ce journaliste algérien soutient : parmi les revendications de ce mouvement figure une plus grande liberté de la presse, alors que nombreux journalistes ont été arrêtés pour avoir critiqué le pouvoir en place.La restitution des restes mortuaires permet à Tawfiq Belfadel d’ouvrir un débat sur la manière dont on conçoit l’histoire en Algérie : « En Algérie, l’Histoire n’est pas simplement une branche des sciences humaines qu’on peut remettre en cause et débattre… ». Il explique qu’elle est « une donnée figée » dans le passé. La mémoire, « opium du peuple » sert à étouffer les critiques. Cette Histoire « absolue » est à « mémoriser, non à comprendre et à analyser… ». Selon lui, « l’être décolonisé devient un être traumatisé », c’est comme s’il ne pouvait pas dépasser cette période douloureuse de la colonisation. On pourrait nuancer son propos en rappelant l’attrait toujours croissant en Algérie pour les périodes antérieures à la colonisation française (comme la période ottomane) et qu’on peut y percevoir une évolution dans la manière de faire l’histoire.

Une étude de la perception de ces restitutions dans l’opinion publique en Algérie et en France confirmerait-elle les points de vue divers que révèle ce sondage ponctuel dans les médias ? Seule une enquête plus poussée nous permettrait de le savoir

AH, 2023

  1. Albane Thirouard, « En Algérie, la restitution de 24 crânes a marqué l’anniversaire de l’indépendance », La Croix, 5 juillet 2020 []
  2. Asma Bersali,« Restitution des crânes de résistants : forte émotion », El Watan, 5 juillet 2020. []
  3. Tawfiq Belfadel,« Algérie : le retour des crânes et le syndrome de l’Histoire », Marianne, 9 juillet 2020. []
  4. On peut rappeler qu’en 2017 le journal a appelé à voter en faveur d’Emmanuel Macron. []

Colloque sur l’histoire du spectacle cinématographique

Colloque international de clôture du programme « Faire communauté(s) face à l’écran de cinéma » :« Écrire une histoire décentrée et croisée du spectacle cinématographique : enjeux épistémologiques et méthodologiques ». Pour voir le programme de ce colloque organisé par Morgan Corriou, Caroline Damiens, Mélisande Leventopoulos au musée du quai Branly à Paris les 28, 29 et 30 novembre 2023, cliquer ici.

Cinématographies du Maghreb

Appel à communications pour un dossier de l’Année du Maghreb

Ce dossier intitulé « Nouvelles puissances politiques du cinéma », est coordonné par Marie-Pierre Bouthier et Salima Tenfiche. Il sera publié en 2025 dans le numéro 33|1 de l’Année du Maghreb. Les propositions sont à soumettre d’ici le 15 janvier 2024. Lien pour consulter l’ensemble de l’appel.

Une conversation avec Nadia Jelassi

Interrogée sur sa façon de travailler, Nadia Jelassi dit se saisir des occasions plutôt que d’obéir à un plan précis – elle n’emploie jamais au cours de l’entretien le mot « carrière ». Elle dit réfléchir dans le mouvement, exercer ses capacités d’observation : les œuvres qu’elle réalise seraient le plus souvent le produit d’une réaction que d’une pure action. Il s’agit de jouer avec les contraintes qui sont celles qui s’exercent à Tunis, là où elle travaille, et de veiller à se constituer une zone de liberté – une liberté plus facile à conquérir lorsqu’on n’a pas la volonté de se créer un style, de se constituer une marque de fabrique.

À une question sur l’importance du fil, du tissage dans son œuvre, Nadia Jelassi évoque la 2e exposition personnelle qu’elle a présentée : « 3 boutons etc. » (Centre des Arts Vivants de Radès, 2005). Elle lui a permis de se situer au sein du monde artistique tunisien, sans pour autant s’enfermer dans une catégorie. Alors que le statut de l’artiste y reste généralement associé à la peinture, cette exposition lui a permis d’affirmer que d’autres formes d’expression étaient possibles, et de revenir à des pratiques familières au sortir de l’enfance, puis abandonnées. Nadia Jelassi, dont la mère était couturière, a retravaillé le fil, la broderie, à partir d’un vêtement de nuit, le pyjama, qui faisait sens dans une Tunisie où le peuple semblait réduit à un état de dormance perpétuelle. Par la suite, la bobine est restée pour elle un médium et un traceur avec lequel signer comme avec un pinceau ou un crayon.

La question des productions textiles, en matière d’art et d’artisanat, pour reprendre une division qui s’est imposée et qui mérite d’être questionnée, continue à être un objet de réflexion pour Nadia Jelassi. Elle considère que les produits des arts textiles, comme ceux des arts de la terre, peuvent être vus comme des œuvres d’art à part entière. Elles ont, comme la mosaïque, une place centrale dans une pleine histoire des arts en Tunisie, attentive aux techniques, aux formes, aux symboles, qui reste en partie à écrire1. Nadia Jelassi juge qu’aujourd’hui, il vaut la peine de s’interroger sur les liens qu’entretiennent artistes et artisans. S’est imposé au XXe siècle un compartimentage qui réserve la conception à l’artiste et cantonne l’artisan dans une simple fonction d’exécution. Payé pour la réalisation matérielle de l’œuvre, l’artisan n’est plus admis à signer l’œuvre. L’exemple de la production d’Abdelaziz Gorgi est à ce sujet éclairante2. Si, dans ses premières productions, les noms des artisans sont reportés sur les œuvres – c’est le cas des potiers de Nabeul, qui formés dans des ateliers d’artisanat français, avaient l’habitude de signer leurs pièces, et ont exigé de le faire, comme en témoigne encore aujourd’hui le décor de céramiques du lycée du Bardo3 –, ce n’a plus été le cas ensuite, malgré toute la sympathie pour les artisans que Gorgi a continué à exprimer, et le respect qu’il leur a témoigné.

Il est sans doute possible de faire se rencontrer autrement « artistes » et « artisans », de suggérer de nouvelles formes de collaboration, et réaliser des œuvres dont les modes de production ne sont pas oblitérés dans un récit qui isole l’artiste pour en faire un génie (et augmenter la valeur marchande de ses œuvres). Ces questions posées dans le domaine des arts ne sont pas sans faire écho à celles qu’on rencontre dans les sciences sociales…

  1. Ces questions sont posées à partir du Liban dans un ouvrage récemment publié par Kirsten Scheid, Fantasmic Objects: Art and Sociality from Lebanon, 1920-1950, Bloomington, Indiana University Press, 2022. []
  2. Voir Nadia Jelassi (dir.), Gorgi Pluriel, catalogue de l’exposition rétrospective présentée au Palais Khéreddine (Tunis, 10 décembre 2018 – 10 février 2019), Tunis, Talan Tunisie, 2018. []
  3. Voir Jessica Gerschultz, Decorative Arts of the Tunisian École: Fabrications of Modernism, Gender, and Power, Penn Ste University Press, 2019 [https://www.psupress.org/books/titles/978-0-271-08318-6.html], qui en donne des reproductions p. 62, figures 24 et 25. []

De la mosaïque en portrait

Marginalia vise à ouvrir une fenêtre sur les coulisses de notre travail de recherche sur le Maghreb. En explorant les figures qui ont inspiré sa fondation et son développement, nous souhaitons à travers ces “portraits” mettre en miroir les sources d’inspiration créative qui ont guidé nos réflexions passées et en cours.

Ces artisanes des Sciences, des Arts et des Lettres sont généralement mentionnées dans les sections « remerciements » de nos publications académiques ou dans une simple note de bas de page en guise de timide hommage.

Assez d’essais…

Elles ont pourtant joué un rôle majeur dans nos travaux et dans notre vie de chercheur. Leurs personnalités, leurs réflexions et leurs œuvres ont laissé une empreinte indélébile sur notre manière de considérer nos objets et nos terrains d’enquête. Elles ont également façonné notre identité d’enseignants et de chercheurs. Elles sont un rappel constant de nos engagements et un lien affectif et vigilant avec les sociétés du nord de l’Afrique sur lesquelles nous produisons de la connaissance, alors que nous n’y résidons pas…

Annoncer des « Travaux pratiques d’aiguille et d’écriture sur le nord de l’Afrique » impose de joindre le geste à la parole… optons pour le « portrait-mosaïque » !

En assemblant des fragments d’entretiens, de lectures et de souvenirs, nous chercherons à mettre en lumière les aspects alternatifs de leur approche dans leur domaine respectif.

Portés par le courant continu de leur influence stimulante, nous espérons ainsi éviter l’écueil de la rubrique nécrologique ou de la biographie d’édition académique.

Les moyens de développer une recherche vivante en Tunisie

Un entretien avec Kmar Bendana

Plusieurs figures nous ont aidés et continuent à nous servir de références dans nos recherches sur l’histoire des productions, des représentations et des circulations culturelles. Parmi elles, Kmar Bendana, qui tient depuis de nombreuses années sur Hypothèses un carnet sur l’histoire de la Tunisie, Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine (HCTC), et avec qui nous nous sommes entretenus il y déjà quelques mois. Une appréhension sur laquelle il faudra nous interroger nous a retenus de passer à la publication des billets en réserve, et les mois ont passé… Voici donc ce que Kmar Bendana pouvait dire en février 2023 sur les moyens de développer une recherche vivante à Tunis.

Capture de l’entretien Kmar Bendana et l’Histoire de la Tunisie contemporaine dans la série “Les chercheurs de l’IRMC”, mis en ligne le 3 décembre 2020.

Qu’en est-il de l’enseignement supérieur et de la recherche ? Selon Kmar Bendana, le statut d’enseignant-chercheur n’est pas sans poser des difficultés en Tunisie. On n’y trouve pas l’équivalent d’un CNRS, et il n’y a donc pas de véritable statut de chercheur. Les enseignants-chercheurs sont cependant évalués en fonction de leurs travaux de recherches. Ils peuvent donc être tentés de sacrifier leurs activités d’enseignement. Le modèle qui voudrait que l’enseignement à l’université soit vivifié et nourri par le fait qu’il soit donné par des chercheurs ne fonctionne pas. Dans les faits, les manières d’enseigner et les programmes restent généralement figés, sans être transformés par la recherche vivante. Ce qui nous fait penser qu’il y a sans doute là des dysfonctionnements proches de ceux que connaît l’université française.

Quelle est la place des femmes dans la recherche scientifique ? Kmar Bendana évoque à ce propos le projet sur les femmes, les sciences sociales et le féminisme auquel elle travaille avec Khaoula Materi de l’Université de Sousse. Il leur a semblé important de conserver la trace des savoirs acquis par des femmes actives dans le domaine de la santé (psychiatrie, planning familial, sexualité), du droit, de l’urbanisme, de la démographie, de la sociologie, au-delà des frontières strictes de l’université. Ces femmes qui ont travaillé au service du nouvel État indépendant sont pour certaines aujourd’hui âgées. Or, leurs savoirs peuvent contribuer à une meilleure connaissance de la société tunisienne.

Quels sont les échanges avec les universités étrangères, et quelle est leur qualité ? S’agit-il pour les Tunisiens d’être des prestataires de services ou d’offrir des marchandises ? Si cette dimension transactionnelle peut sembler déplaisante, elle n’empêche pas que ces échanges soient fructueux. Kmar Bendana évoque une réunion avec des étudiants de l’Université de Bochum sur le thème de la production des savoirs où lui a été posée une question inattendue : « Avec quelles théories enseignez-vous ? ». Sa réaction a été de répondre « Avec ma conscience. Un enseignement ça ne démontre pas, ça parle, ça argumente ». Kmar Bendana y voit le signe d’un certain désarroi chez des étudiants inquiets de leur avenir, attentif à l’évolution de la valeur des théories comme si elles étaient cotées sur un marché des changes.

Kmar Bendana parle ensuite de son expérience des ateliers d’écriture, à l’Université de La Manouba, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) et à l’Université de Sousse. Ils lui ont donné le sentiment de faire œuvre utile dans la formation des étudiants. Depuis 2011, elle a multiplié l’organisation de mini-débats avec les étudiants, de façon à les aider à structurer leur pensée. Ces ateliers, libres et informels, ont été organisés avec l’appui de plusieurs collègues (Habib Belaïd, Leïla Blili, Sihem Kchaou à l’Université de La Manouba ; Sihem Najjar à l’IRMC ; Khaoula Materi à l’université de Sousse). Ils ont pu l’être grâce à la confiance des directions de l’Institut supérieur d’histoire contemporaine de la Tunisie (ISHTC) et de l’IRMC. Le développement des outils numériques a permis de doubler les réunions de travail, avec, deux ou trois semaines plus tard, des séances en ligne permettant de faire le point sur les lectures au programme des étudiants. Ces outils numériques ont aussi permis de constituer des archives sonores potentiellement utilisables plus tard. À travers ces ateliers d’écriture, Kmar Bendana a eu le sentiment de se voir reconnue comme un bon artisan, auprès de qui on peut apprendre les techniques du métier : « Je suis une subalterne heureuse ». Ont participé régulièrement à ces ateliers des étudiants qui tenaient à ce qu’ils faisaient, des étudiants brillants, qui ont apporté beaucoup à Kmar Bendana, qui a trouvé et continue à trouver plaisir et intérêt à les lire.

Qu’a représenté la publication d’un carnet de recherche ? Elle a permis de dépasser le complexe de ne pas avoir publié de livres après la perte des textes de deux ouvrages en préparation consécutive au vol d’un ordinateur, et aussi d’échapper au pouvoir discrétionnaire des éditeurs. Le carnet de recherche sert par ailleurs à Kmar Bendana de bibliothèque où conserver des documents, des textes. Elle y retourne parfois pour les retrouver, et les reprendre autrement, après les avoir oubliés. Le carnet de recherche permet de s’adresser à un interlocuteur. Comme pour la préparation d’un cours, il lui faut trois jours de travail intensif pour produire un billet, mais une fois le billet produit et publié, elle a le loisir de l’oublier, d’aller ailleurs, et de le retrouver plus tard si nécessaire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search